les minéraux de M à O

M comme …MALACHITE 

Ce minéral doit son nom à sa dureté médiocre (en grec, " malachos " signifie mou) ou à sa couleur verte rappelant les feuilles de la mauve (" malachè "). La malachite, le plus répandu des minéraux secondaires de cuivre, est un matériau ornemental de première importance : il suffit de rappeler les belles colonnes de l'Eglise Saint Isaac à St Pétersbourg, ou celles du temple éphésien de Diane qui se trouve aujourd'hui dans l'Eglise Byzantine de Ste Sophie, à Istanbul.
Elle était déjà employée par les Egyptiens, les Grecs et les Romains, comme parure et comme talisman. Réduite en poudre, elle était utilisée comme fard à yeux ou comme colorant. Au Moyen Age, elle servait de remède contre les nausées et protégeait les petits enfants des maléfices et autres dangers. En 1835, dans le nord de l'Oural fut extrait un bloc de malachite d'un poids estimé à 25-30 tonnes.
Les aspects stalactiformes de la malachite sont très abondants dans les gisement de la ceinture cuprifère du Shaba, au Congo Démocratique (ex-Zaïre) . Des grottes de dissolutions excédant régulièrement le mètre cube n'étaient pas rares dans la première moitié du XXème siècle, ou stalactites et stalagmites dépassaient allègrement le mètre.

 

N comme …NAPOLEONITE 

Parmi les roches remarquables de l'île de Beauté, il en est une, qui plus est portant un nom célèbre, en provenance d'un petit village de la moitié sud de la Corse : Santa-Lucia-di-Tallano. Cette roche est traditionnellement appelée " diorite orbiculaire ", mais également décrite sous le nom de Corsite ou Napoléonite. Ce gabbro (roche magmatique plutonique de couleur sombre) aurait été " découvert " par les élèves de Barral en 1785 , mais elle servait déjà au Néolithique pour la confection des menhirs ! Elle a de tout temps attiré l'attention des géologues par son aspect très caractéristique, et bien qu'exceptionnelle, elle est très connue, au point que les collectionneurs du monde entier en possèdent des échantillons. Elle apparaît même sur la carte routière du guide MICHELIN au 1/200 000.
De ce filon d'extension réduite, furent extraits les moellons ayant servi à édifier la chapelle des Médicis à Florence. Le tombeau de Napoléon 1er, aux Invalides à Paris, est aussi taillé dans la diorite orbiculaire de Corse. Actuellement défendu par un épais maquis, le site est difficile d'accès est très strictement réglementé.
Le granite orbiculaire est rare, mais en France on en connaît en Bretagne (un beau bloc est exposé au géodrome d'Orléans) mais également au Châtenet (commune de Janaillat) village situé entre les anatexies à cordiérite d'Aubusson et les granites de Guéret, en Creuse. Une très belle section polie vous accueillera à l'entrée du Musée de Minéralogie d'Ambazac.

 

O comme …OBSIDIENNE:

Les obsidiennes sont des substances noires, amorphes (c'est à dire non cristallisées) qui dérivent d'un refroidissement rapide de magmas. On l'appelait " lapis obsianus " ou " obsidianus ", sans doute en référence à un certain OBSIUS ou OBSIDIUS qui le premier en signala la présence dans la lointaine Ethiopie. Elle était donc bien connue des anciens, et apparaît aussi dans les écrits de PLINE. Des fouilles archéologiques ont permis de retrouver de nombreux objets d'usage quotidien, de précieux scarabées et sceaux gravés égyptiens, ainsi que des coupes romaines finement marquetées. 
Des très beaux produits manufacturés en obsidienne ont été découverts en Iran, Afghanistan… et dans de nombreuses régions d'Amérique Centrale liées aux civilisations précolombiennes.
Les traditions médiévales prêtaient aux pierres noires des pouvoirs surnaturels mais également thérapeutiques. L'obsidienne était un talisman contre les cauchemars les plus terribles ; Taillée en boule elle était censée attirer les démons et certains pouvaient prédire l'avenir en la manipulant.
Pour les peuples du YUCATAN, elle représentait une pierre sacrée utilisée pour la fabrication de masques, de miroirs, de couteaux de sacrifice, tandis que les Aztèques l'employaient sous forme de poudre pour soigner et cicatriser les plaies. De nos jours, on l'utilise comme matière première pour la fabrication de la laine de roche, comme isolant thermique et acoustique en la refondant.

 

 

 

 

×