espace IZIS

 ESPACE IZIS

 

Izis

 

Israëlis Bidermanas, alias Izis, est un photographe français d'origine juive-lituanienne. Il est né le 17 janvier 1911 à Marijampole en Lituanie et mort le 16 mai 1980 à Paris.

En 1924, il devient apprenti photographe et travaille dans plusieurs villes.

La peinture le passionne.

En 1930, il fuit la misère et l'antisémitisme et immigre en France, pays des Lumières, avec le désir de devenir peintre.

Les premiers temps sont difficiles, il travaille comme tireur-retoucheur chez différents employeurs puis au studio Arnal spécialisé dans les photos d'acteurs. Ensuite, il travaille au studio Rabkine, épouse la fille du patron et devient papa d'un petit Manuel quand la guerre éclate.

En 1941, la famille se réfugie à Ambazac en Haute-Vienne. En Lituanie, ses parents sont assassinés par les nazis.

Il devient retoucheur pour les photographes locaux et est caché par les habitants.

En 1944, il échappe à une arrestation par les allemands.

A la libération de Limoges, il rejoint les F.F.I. et photographie les maquisards qui sortent de la clandestinité et ce, sans aucun artifice : c'est l'heure de son émancipation artistique. Il adopte définitivement le pseudonyme d'Izis.

Il les photographie avec un appareil 9x12 cm sans aucun éclairage artificiel et en plan serré. Ces photographies destinés aux résistants feront l'objet d'une grande exposition « Ceux de Grammont » en 1944.

Un œil est né, influencé par Brassaï, qui va s'ouvrir sur tout ce qui l'entoure, à commencer par Paris.

Guidé par ses amis limousins, le poète Georges-Emmanuel Clancier, l'écrivain-éditeur René Rougerie, il rencontre artistes et poètes et les leur tire le portrait.

Jacques Prévert deviendra son ami au fil de leurs pérégrinations communes à Paris puis à Londres.

En 1950, il édite « Paris des rêves ». Chaque photo est prolongée par un texte ou un poème (Eluard, Prévert, Cocteau...). Ce livre sera vendu à 170 000 exemplaires, un record !

En 1951 cela lui vaut de faire partie des « five french photographers » consacrés par le prestigieux Museum of Modern Art de New-York aux côtés de Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Willy Ronis. On les appellera les photographes humanistes.

Parallèlement, il travaillera comme reporter photographe pour Paris Match, de 1949 jusqu'à sa retraite.

Enfin, entre 1951 et 1969, il sera auteur de dix livres considérés comme des modèles du genre.

 

maquisard  souffleur de bulles  Izis1  Izis0

 

Si l'hôtel de ville de Paris a réhabilité un photographe oublié, Izis, en lui consacrant une rétrospective comptant environ 270 clichés, la municipalité d'Ambazac en Haute-Vienne a décidé de lui dédier un espace permanent situé au dernier étage du musée de minéralogie et de pétrographie.

Outre la reconstitution de son laboratoire , cinq espaces thématiques vous sont proposés : Paris des rêves, le cirque, Israël, une salle vidéo et des tables vitrées avec journaux, photos, revues...

voir aussi sur le site de la mairie

La visite par Jean-Michel Ponty, comme si vous y étiez

http://jmponty.free.fr/?detectqt=false&m=201104