1er étage

Visite du musée : le 1er étage

 

Jmp4029

 Il est réservé aux minéraux et minerais métalliques. On s'est efforcé de suivre leur ordre logique, périodique, éventuellement de séparer les minéraux « hypogènes » (formés en profondeur) des « supergènes » dus à l'intervention atmosphérique sur les précédents.

Dans les vitrines murales encastrées sont exposées les grandes familles minérales et lorsque cela est possible les « paragenèses », c'est à dire les associations naturelles – ainsi celle du plomb (V.12) avec le zinc (V.13-14) représentées par de très belles galènes (sulfure), des cérusites (carbonate), des pyromorphites (phosphate)…….des blendes (sulfure de zinc), des smithsonites (carbonate, des hydrozincites (carbonate)….de tous pays. 
Le cuivre (V.23), largement présent, permet un arrangement scientifique où les catégories hypogènes et supergènes sont elles-mêmes séparées en composés chimiques. On admirera des cuivres natifs, des azurites (hydrocarbonate), des malachites (hydrocarbonate), des chalcopyrites (sulfure). L'argent (V.15) apparaît sous la forme de sulfures associés avec l'arsenic et l'antimoine ; en chlorures, bromures, iodures ou à l'état natif… Dans une autre vitrine (V.22) sont rangés les ensembles Nickel, Cobalt et Chrome…Le nickel de Nouvelle Calédonie est particulièrement abondant sous forme de garniérite (silicate hydraté) et dans ces « roches vertes » qui ont pour nom « dunites » et « harzburgites » . Les autres éléments sont bien mis en valeur…..on verra ainsi de nombreux exemples de minéraux du Bismuth (V.15), de l'étain (V.15) avec de belles cassitérites (oxyde) de Cornouaille, du tungstène (V.16), du molybdène (V.16), de l'arsenic et de l'antimoine (V.17), ces derniers sous la forme de sulfures : réalgar et orpiment aux vives couleurs rouges et jaunes avec de la stibine scintillante…..

De beaux cinabres (sulfure) caractérisent le Mercure ; leur couleur rouge sombre s'harmonise avec le jaune éclatant du soufre également présent (V.20) On n'a pas oublié les minéraux du Manganèse (V.19) avec leurs oxydes, leurs carbonates, leurs silicates ..….sous la forme de Rhodocrosite, Pyrolusite, Psilomélane etc…. ainsi que ceux du Magnésium (Epsomite, sepiolite, magnésite…). Une vitrine est entièrement consacrée au fer avec ses oxydes, ses carbonates, ses sulfures….des magnétites, des oligistes, des hématites, des marcassites…(V.18). 
Enfin, l'aluminium est représenté par un échantillonnage de Bauxites et de latérites (V.21) ; et le Diamant en types « industriels » avec leur contexte « alluvionnaire » composé de « graviers » (V.21). Une place spéciale est réservée à l'or en raison de son abondance en Limousin. Un grand échantillon rocheux, soigneusement poli, provenant des mines du Bourneix, laisse voir une multitude de paillettes jaunes (V.20) Quelques éléments moins courant, lithium (lépidolite), strontium (célestite), Germanium (renierite), Terres rares dans une « matte » de fonderie ; bore (boracite, pandermite) ..…ne sont pas dédaignés (V.20). …….

Ce « panorama » du règne minéral s'achève dans 4 vitrines qui offrent à la vue, sans classification particulière, des espèces Malgaches (V.24), un échantillonnage mondial (V.25), quelques beautés minérales de la mine de Salsigne (Aude), et enfin une pétrographie régionale (V.27) et locale, avec des exemples de la production des « carrières d'Ambazac », (V.26).

suite de la visite du 1er étage : les uranifères

×